mode,  Styliste

Mon métier : Styliste infographiste

Bonjour à tous,

Cela faisait longtemps que je souhaitais commencer une série d’articles sur mon métier depuis maintenant plus de 10 ans : Styliste- Infographiste. Je dessine pour certaines marques et enseignes avec passion et ‘jai très envie de vous partager via mon blog tous les aspects de mon job.

Alors je vous propose ici un article qui parle de manière globale du métier de styliste et qui va vous permettre une première approche pour comprendre comment celui ci fonctionne.

Définition d’une styliste- infographiste

Lorsqu’on parle du terme styliste on imagine souvent une personne qui dessine à la main des silhouettes habillées et qui coud ensuite des vêtements. Mais cette vision n’est qu’un cliché 😉

Aujourd’hui avec la numérisation des dessins et des processus de fabrication on distingue deux types de styliste : celles qui travaillent encore à la main et celles qui comment moi travaillent de manière digitale (à l’ordinateur).

Un styliste – infographiste est l’un des acteurs principal à l’élaboration d’une collection. Et oui on aura beau dire le contraire mais sans dessin il n’ya pas de développement produit.

Le styliste dessine le produit mais aussi explique sa construction sous forme de dossier technique. Enfin le styliste intervient aussi pour repérer les tendances et les appliquer dans les collections qu’il créé.

La formation d’un styliste

Personnellement lorsque j’ai choisi ce métier il n’y avait pas beaucoup d’écoles. Aujourd’hui le métier s’est plus largement répandu.

Suite à un Bac général j’ai du faire une mise à niveaux en arts appliqués avant de pouvoir accéder à une formation en BTS design de mode. Aujourd’hui beaucoup d’écoles proposent des formation non reconnus par l’état mais tout aussi valables sur le marché du travail. Il ne faut pas hésiter à se renseigner sur les salons des métiers artistiques mais aussi sur le marché de l’emploi pour savoir si votre école sera reconnu au niveau de votre future CV.

Car là est tout l’enjeu : par l’école que vous choisirez vous commencez déjà à construire votre CV pour votre futur employeur.

Les compétences requises pour travailler

Un styliste- infographiste doit savoir utiliser parfaitement les logiciels adobe illustrator et photoshop. C’est assez complexe quand on sait que même à l’heure d’aujourd’hui les écoles de mode ne forment pas encore assez leurs élèves à l’outil numérique. Seulement à un entretien c’est là première chose que l’on vous demandera : « maîtrisez vous la suite adobe ».

Personnellement j’ai du apprendre seule les logiciels car mon école ne l’a pas fait. Heureusement Youtube fait de très bons tutoriels et j’ai beaucoup appris de par mes expériences. Aujourd’hui je peux dire que Illustrator n’a plus de secrets pour moi et photoshop non plus (enfin concernant mon métier bien sur). Mais je me mets encore à niveau de temps en temps en visionnant des nouvelles techniques de dessin.

Un styliste infographiste doit savoir parler anglais. Et oui les dossiers techniques sont en anglais. Ne négligez pas cet aspect puisque la plus part des entreprises de textile travaillent aujourd’hui avec l’étranger.

Enfin un styliste infographiste doit être curieux. Et c’est la partie la plus compliquée. Vous devez vous intérersser à tout : la mode mais aussi l’actualité, l’art , le cinéma…. c’est par cette curioisité abusive que vous pourrez ainsi ressentir et dénicher les futures tendances. Un styliste infographiste travaille les collections au moins un an à l’avance donc vous avez grand interêt à faire parti de la bande des précurseurs 😉

Le travail d’un styliste infographiste

Que vous travaillez en freelance comme moi de la maison où en société la démarche est la même. Avant de commencer une collection il y a toujours une phase de recherches. Ces recherches seront ensuite thématisées sous forme de planches tendances.

Une planche tendance c’est quoi ? Une planche tendance réunit des silhouettes repérées lors des défilés de fashion week, des couleurs, des matières mais aussi des formes…. tous les éléments qui peuvent vous inspirer pour créer un thème pour votre collection.

Une fois les thèmes définis la styliste va travailler en coordination avec ce que l’on appelle une chef produit et la modeliste (pour le prêt à porter).

La chef produit c’est un peu celle qui sait tout sur le marché : ce qui se vent, ce qui ne fonctionne pas, à quel prix il faut vendre le produit…. ensembles elles vont définir ce que l’on appelle un plan de collection. C’est en fait le nombre de pièce et le type de pièce qui vont constituer la collection.

La modéliste c’est la personne qui va mettre en place le tableau de mesure pour le vêtement. Elle reprend le dessin de la styliste qu’elle va flécher et reporte ensuite les mesures dans un tableau. Chaque taille de vêtement a bien évidemment des mesures différentes. La modéliste est la aussi pour confirmer à la styliste ses choix de matières et de ses accessoires (boutons, fermeture à glissières, élastique…).

Le plan de collection et les thèmes établis la styliste va pouvoir commencer à dessiner les modèles tout en consultant régulièrement le chef produit et le directeur artistique de la marque pour savoir tout simplement si les produits leur plaisent. La construction d’une collection est un travail d’équipe.

Une fois les dessins faits et validés, commence alors l’élaboration des dossiers techniques. Les dossiers techniques servent à expliquer la future fabrication du produit. Ils sont en anglais et doivent fournir le maximum d’informations possibles : la taille, les couleurs, le tissu, l’imprimé, les matières, les boutons, les fils… rien est laissé au hasard pour le fabricant.

On envoie ensuite le dossier au fabricant qui nous développe un premier échantillon. Si l’échantillon est parfait tant mieux sinon on y apportera certaines modifications pour l’améliorer et pouvoir ensuite lancer une production.

Les contraintes aux quelles une styliste doit faire face

Le prix : une styliste doit toujours respecter un cahier des charges face à une marque u une société. Elle doit respecter une fourchette de prix

Le goût : une styliste ne dessine pas forcément avec son propre goût. Elle doit respecter une charte graphique ou un style propre à la marque. Enfin une styliste doit aussi tenir compte de la clientèle de la marque et respecter ses envies. C’est tout un art car il faut en même temps dénicher les futures tendances mais aussi veiller à ne pas les insuffler trop tôt ou trop tard…

La reconnaissance : la styliste est toujours dans l’ombre d’une marque. La marque ne vous citera que très rarement voir jamais. Cela n’est pas toujours facile à accepter de mettre sa créativité au service d’une entreprise et de ne pas pouvoir s’attribuer le mérite d’une collection. Le monde du textile est un métier difficile ou vous êtes toujours en concurrence avec d’autres personnes créativement parlant. Ca n’est pas un métier scientifique et il relève de votre sensibilité et de votre pouvoir de création. Il faut savoir séparer ses dessins personnels, des dessins que l’on fait pour une entreprise car le goût de chacun est objectif. Ne le prenez pas mal si votre client ou votre patron n’aime pas vos dessins, ce n’est pas votre talent à remettre en cause mais votre capacité à répondre à ses besoin.

C’est important pour moi d’en parler car j’ai vu beaucoup de stylistes s’effondrer… il est important de cibler les marques pour lesquels on souhaite travailler pour correspondre à leur style. Pour vous citer un exemple j’avais été contacté par une entreprise de prêt à porter masculin pour leur faire des imprimés pour du T-Shirt. J’ai refusé directement car je sais que je dessine de manière féminine ou enfantine mais le masculin ne fait pas parti de mes compétences.

Styliste : une métier de passion

Je suis passionnée par mon métier. J’aime la mode. Il ne se passe pas aujourd’hui une journée où j’ai envie de créer. Je crois que la qualité principale pour faire ce métier c’est de garder l’envie (comme dit Johnny).

On peut parfois se décourager quand un client nous fait modifier ou annule un modèle mais il faut toujours savoir rebondir.

Enfin la plus grande satisfaction de mon métier aujourd’hui dans mon métier de styliste c’est lorsque je vois dans la rue une personne qui porte un vêtement ou un accessoire sur le quel j’ai travaillé. C’est aussi lorsqu’un client me félicite car son produit s’est super bien vendu. Je fais ce métier pour pouvoir diffuser ma créativité et même si je ne suis pas toujours cité j’ai la grande satisfaction de voir que ce que j’ai dessiné devient ensuite un produit et de le voir porté.

Styliste illustratrice depuis plus de 10 ans basée sur Paris. Passionée de mode et de vintage.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0